Est-ce que je vois double ? Projet des antennes relais jumelles du hameau de Belluny à Tanneron par Laurent Meister

Bonjour le nouveau journal,

Il y 10 ans, presque jour pour jour, le nouveau journal publiait l’article

 » Coup de foudre pour une antenne relais « « 

image42-225x300Le hameau de Belluny sur la commune de Tanneron avait fêté le 10ème anniversaire de l’implantation d’une antenne de téléphonie mobile Bouygues Télécom par un joli feu d’artifice. La foudre s’abattait sur cette remarquable structure métallique occasionnant de gros dégâts sur tout le réseau électrique et téléphonique (six jours d’intervention pour rétablir les services).
A la fin de cet article il était indiqué que les habitants furieux avaient engagé un recours contre l’opérateur afin d’obtenir le démantèlement de cette dangereuse installation. Rendez-vous était donné dans trois ans !
Sur ce dernier point, et grâce à l’action des avocats de l’opérateur Bouygues, les tribunaux juridiques et administratifs se sont arrangés pour ne pas être d’accord sur leur domaine de compétence. Qui peut ordonner le démontage d’une antenne relais ? Qui peut établir la réalité d’un préjudice (immobilier par exemple) ? Dans ce dossier, aucune décision sur le fond n’a jamais été rendue faute de moyens financiers pour poursuivre les actions.
En résumé, devant les tribunaux, le pot de fer (l’opérateur Bouygues) a pulvérisé le pot de terre (les habitants du hameau de Belluny).

Nous sommes en 2018… il était donc nécessaire de fêter le 20ème anniversaire de l’installation de cette hideuse antenne de 20 mètres.
Et c’est le propriétaire de la parcelle où est installée l’antenne Bouygues qui s’est chargé du cadeau: il vient d’annoncer, à peine gêné, avoir donné son accord de principe à l’opérateur FREE pour l’installation d’une deuxième antenne à quelques mètres de la première.

New York a perdu ses tours jumelles, Belluny va peut être avoir ses antennes relais jumelles !
L’emprise au sol de la future installation est déjà même formalisée par 4 piquets.
Le propriétaire affirme que les opérateurs ne se seraient pas tous d’accord pour s’installer sur la même antenne. FREE ne veut pas dépendre de Bouygues alors que SFR est pourtant présent sur cet édifice.
Le propriétaire dit avoir fait d’autres propositions d’implantation sur le hameau moins gênante pour les habitants…car il possède sur Tanneron (et dans la plaine du canton de Fayence) de nombreux terrains. Ces alternatives seraient techniquement moins intéressantes… traduire… elles sont surtout plus couteuses pour l’opérateur FREE. C’est vrai que Xavier Niel(FREE) a des fins de mois difficiles.

Deux antennes, se sont aussi deux loyers à percevoir…l’argent fait il perdre le sens de la mesure ?
Nous sommes à la fois en pleine nature (premier commerce à 10 kilomètres) et au beau milieu de 30 maisons qui composent un paisible hameau.
Après une première antenne sans aucune intégration paysagère, nous venons donc d’apprendre ce funeste projet.
Espérons que le bon sens et le respect d’autrui l’emportent.
Le dernier Grenelle de l’environnement n’avait-il pas conclu à la nécessité d’une concertation pour les nouvelles implantations d’antennes relais ?

A suivre

2 Comments

  1. Confrontés au même problème, dans notre quartier ; le collectif anti antennes Abbaye s’est battu contre le projet d’un site SFR, découvre qu’un projet Free à été realise à 80 m en toute discrétion, antennes bien camouflées, 600 signatures, affichages non réglementaires, trois pages dans le Dauphiné libéré, une médiation sollicitée auprès du préfet, ET pose du deuxième site le 31 juillet .
    Et la loi Élan discrètement votée entre temps…

  2. Il y a donc déjà une suite à ce feuilleton !

    Le Dossier d’Information en Mairie (DIM) a été déposé le 20 avril 2018 ! Et l’impensable est maintenant bien réel. Le projet de FREE est une antenne à la fois plus grande (25 m), plus imposante (1.75 m de coté), et encore plus proche des habitations (7.6 m de la maison la plus proche). et à seulement 12 m de la première !
    Pour être aussi proche des maisons, elle est prévue en limite de propriété !

    Dans le DIM l’opérateur FREE doit faire un photos montage avant/après de l’impact visuel du projet. Miracle, FREE a fait disparaître toutes les maisons du hameau et la première antenne et quasi invisible ! Les riverains sont furieux ! Var Matin et France3tv ont consacré un reportage à ce dossier.
    Le premier adjoint à la mairie de Tanneron s’est déclaré à titre personnel contre ce projet mais la mairie attend le dépôt officiel de la demande de travaux prévu fin juin/début juillet pour statuer.

    Niclos Hulot a été interpellé lors de la réunion publique des Arcs sur Argens du 18 mai 2018 sur le projet de la loi ELAN qui veut par exemple que le DIM et la déclaration de travaux puissent être déposés en même temps pour permettre aux opérateurs d’aller encore plus vite..et le projet de FREE à Tanneron a permis d’illustrer le manque de transparence des opérateurs ! Le ministre s’est dit intéressé et sa cheffe de cabinet a transmis ses coordonnées pour recevoir le dossier. Il attache une attention particulière au respect du cadre de vie et des paysages…ce n’est pas vraiment la préoccupation de FREE ni du propriétaire du terrain !
    FREE ne répond ni aux journalistes, ni aux habitants !

    Et si le propriétaire du terrain redevenait un peu humain et renoncait à ce scandaleux projet !

    Affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *