Nouveau Journal n°23 Eté 2014

La Une du NJ n°23

Edito

Dommage…

Je suis installé en Pays de Fayence depuis deux ans maintenant. Je connaissais déjà l’endroit, l’appréciais pour ses paysages, ses villages, une certaine douceur de vivre. Mon attachement à ce pays s’est ensuite approfondi, j’ai découvert une nature relativement préservée, des rapports humains plus étroits que dans les grandes cités, une vie associative diversifiée… et un petit journal qui permet à tout un chacun de s’exprimer et de se faire entendre de tous les habitants – c’est exceptionnel. Certes, tout n’est pas parfait, mais il fait bon vivre ici, me disais-je. D’ailleurs plein de monde vient nous visiter, certains s’installent même ici pour couler une retraite paisible, c’est un peu une terre d’accueil.

Dommage… Dommage que ce joli tableau ait été gâché en ce mois de juin 2014, lorsque des gens du voyage se sont installés pour quelques jours sur l’aérodrome de Fayence. Oh, ce ne sont pas eux qui ont gâché le tableau. Je ne les connais pas, mais pour fréquenter un peu l’aérodrome, j’ai pu les croiser quelquefois et entrevoir leur campement. Ces personnes ont séjourné ici en toute légalité, avec l’autorisation du préfet, sans désordre apparent, les avions ont même pu continuer leurs mouvements. Ce qui m’a peiné, choqué, indigné, ce sont les réactions de rejet et d’animosité qui ont immédiatement surgi autour d’eux. Je ne fais pas d’angélisme, je sais que certains groupes itinérants ont parfois un comportement contestable. Mais jeter tout le monde dans le même sac, se livrer à des amalgames grossiers, et déverser des propos injurieux, comme j’ai pu en entendre ici ou là, c’est tout simplement intolérable, indigne, cela confine au racisme. C’est vrai, pendant leur séjour, le canton a connu une forte recrudescence de la délinquance. Mais il ne s’agissait pas de cambriolages ou de vols de poules ! Il s’agissait de propos diffamatoires ou insultants, incitant à la discrimination, voire à la haine, contre un groupe de personnes. Rappelons-le, c’est un délit pénal, depuis 1881.

Mais bon, je me trompe peut-être. Je suis prêt à l’entendre. Alors si vous avez objectivement souffert de la présence de ces gens, si vous avez vraiment observé des actes répréhensibles, faites-le savoir. Écrivez-nous, ouvrons le débat, ce journal est là pour ça. Sinon, s’il vous plaît, faisons tous en sorte que ces tristes réactions d’agressivité et de rejet cessent, ce serait vraiment tout à l’honneur de notre canton !

Thierry Gérard, membre du Conseil d’Administration

Téléchargement gratuit (Pdf 1,3 Mo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *