Nouveau Journal n°24 Automne 2014

La Une du NJ n°24

Edito

Il y a maintenant 3 ans, je faisais un édito sur la crise économique dans notre canton ainsi que sur le feuilleton de la réforme des territoires. Que peut-on dire aujourd’hui sur ces sujets ?

Les communes font face à des budgets assez limités, des choix sont opérés et nous laissent parfois songeurs. En même temps, concernant la crise économique (crise qui dure depuis plus de 30 ans toutefois), si certains secteurs souffrent d’un ralentissement (bâtiment), on ne peut que constater que les personnes se déplacent de plus en plus, on peut légitimement penser que la crise n’est pas pour tout le monde. Cette observation n’est que partielle mais on peut se poser la question suivante : doit-on continuer à construire n’importe comment ? Il faut notamment remercier les municipalités successives du canton de nous avoir fait une réplique de Plan de Campagne… Il n’est pas interdit de réfléchir et d’être intelligent lorsqu’on parle de développement. En parallèle, la réforme des territoires a vu naître l’union de tous les maires du Canton contre ce projet qui devait nous rattacher à Fréjus/St-Raphaël. Pour une fois, nos édiles l’ont joué collectif. Cette motivation serait-elle la même si un jour il était décidé de nous rattacher au canton de Roquebrune sur Argens ?

Dans un tout autre registre, un sujet a dû vous interpeller ces derniers mois, c’est celui de la sécurité routière. La saturation du réseau routier dans la plaine, les comportements irresponsables et stupides de certains se multiplient ( les 2 roues et 4 roues) et nous obligent à nous interroger dans un premier temps sur nos comportements et dans un deuxième temps sur la responsabilité de certains politiques en poste depuis de nombreuses années notamment sur le projet de contournement du lac ou de délestage de la RD 562. Comment penser que certaines associations ont le pouvoir qu’on leur prête de bloquer l’avancement de ce projet ? Certains hommes politiques ne sont-ils pas responsables de ce statu quo ?

Concluons toutefois sur une note positive. Ce journal issu d’une réflexion sur ce que peut être la citoyenneté se propose depuis son début, il y a un peu plus de 5 ans, de vous ouvrir ses pages blanches qu’il vous reste à remplir de vos témoignages, coups de gueule, etc. Alors parents, jeunes, actifs, chômeurs, retraités, n’hésitez plus à vous exprimer comme vous le faites certainement sur les réseaux sociaux !

Michaël Bibérian, membre du Conseil d’Administration

Téléchargement gratuit (Pdf 2,2 Mo)

One Comment

  1. Développement économique

    Quand on dit « Développement économique » cela signifie « croissance ». Croissance de la population en demande de produits et de services; ou croissance de la demande de produits et de services par la population existante; ou croissance de la demande de populations situées ailleurs que dans le pays de Fayence. La structure des entreprises du pays de Fayence est d’abord orientée vers la satisfaction de la demande locale en produits de nécessité – nourriture, vêtements, électroménager – et en services de proximité. Le secteur artisanal sert la population locale pour les besoins de travaux: artisans du bâtiment, de l’entretien de la maison et du jardin, la réparation automobile. S’ajoutent les entreprises de travaux publics et de terrassements ainsi que les établissements hôteliers, de loisirs, des campings, et de la restauration. Les services de santé – médecins, pharmaciens, laboratoires, et ceux de l’état – enseignement, administration fiscale, services communaux et départementaux viennent compléter l’ensemble de l’offre et l’effectif des actifs locaux. Pour le secteur marchand le long de la RD562, voir « entreprises et emplois le long de la RD562 » 3 et 4 (étude de la DDTM et de la CCI du Var). Suite… http://bit.ly/1hskDle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *