Derniers articles

Rendez-vous au Visu: dimanche 4 octobre à 11h30 au parking de la Réserve de Fondurane

st-Exupery-Le_Petit_PrinceLe nouveau Journal c’est vous, c’est nous. Le visu…

A la lecture du N°3 du Nouveau Journal, il était criant qu’une nostalgie, voir une inquiétude, perçait au travers d’articles certes, mais en ces temps troublés et incertains pour notre avenir, la nostalgie reste pour beaucoup une thérapie et un repère. Un jour de juillet 1972, j’avais pour la première fois, quitté ma Franche Comté natale et étais arrivée « en touriste » dans ce joli canton de Fayence. Toute engourdie de chaleur et d’étonnement sous la stridulation des cigales ; je n’étais que de passage, pour faire la connaissance de mon futur mari. Aujourd’hui, juillet 2009, les vrombissements des avions et hélicoptères, le ronronnement incessant des routes très fréquentées, ne parviennent pas tout à fait, de couvrir le chant de nos fidèles compagnes de l’été. Malgré la défiguration du paysage fayençois, elles restent dévouées. Oui, le paysage s’est transformé. Beaucoup de pièces rapportées, comme moi, sont venues tenter leur chance en pays provençal avec au cœur l’espoir d’une intégration spontanée.

Il y a 20 ou 30 ans, était-ce plus facile de s’implanter dans cette terre ? Peut être était-elle plus souple, plus accueillante pour y plonger des racines fraîchement arrachées à un autre terreau ? De toutes les régions de l’hexagone, puis de Grande Bretagne, des pays du Maghreb, des Pays Bas etc.… tous nous avons souhaité devenir des enfants de la douce Provence et pourtant…. Oui pourtant, à mes oreilles sont venues des plaintes et autres regrets de non acceptation, de rejets, de jugements prompts et improbables accompagnés de propos presque discriminatoires refoulant l’espoir d’adaptation des nouveaux arrivés. Aussi, par le biais de ce petit journal ouvert à toute pensée libre, je voudrais lancer un appel à tous ceux qui se sentent refoulés ; de ne pas rester sur la défensive, ni de refaire leurs bagages !

Venez nous rencontrer au « visu » de Fondurane, un dimanche sur deux, de 11 h30 à 13 h ! Au parking avant le pont, le Nouveau Journal propose des rencontres autour d’un apéritif de l’amitié, lequel souvent accompagné des succulentes mignardises cuisinées par la merveilleuse Colette. Prenez le temps de venir partager la bonne humeur de Michelle, Marie Laure, d’écouter le malicieux Eric, la pétillante Hélène ou Paul, le doyen chapeauté qui devisera peut être avec Guy ou Hervé. Toute en douceur Marie France partagera avec vous et Françoise ou Caroline, quelques nouvelles sympathiques. Il y aura peut être Joël, Yvette, Gil ou les « Claude » qui sait…

Mais il y aura toujours un sourire, une poignée de mains, dans une convivialité naturelle, vous puiserez des infos concernant les projets des élus, partagerez des secrets de cuisine ou de jardinage, quelques tuyaux bien utiles sur les diverses associations …

« Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit «   a dit Antoine de St Exupéry. C’est avec cette phrase à l’apparence toute simple que nous vous attendons nouveaux amis, timorés ou « forts en gueule », étrangers ou provençaux d’origine, décalés et autres « différents ». Nous partagerons ensemble une tranche de vie où vous pourrez exprimer librement vos espoirs, attentes ou griefs.

Ne restez pas enfermés dans vos rancœurs stériles, le Nouveau Journal vous est ouvert. Soyez les bienvenus et montrons que la Provence de Giono, celle qui offre un visage humain, solidaire et franc, existe toujours. « Tout le monde gueule de solitude et personne ne sait qu’il gueule d’amour »  petite phrase de Romain Gary.

Maryse SCHIANO Tourrettes

Faux-rhum des associations: frelaté ou mal étiqueté ?

forum-associations-fayenceVous n’avez pas vu le stand du Nouveau Journal au « Forum des associations » ? C’est normal: il nous a été interdit. Il s’agit d’une décision écrite de la Communauté de Commune, au motif: « votre association n’est pas sportive et ayant un intérêt communautaire » ! Nos statuts sont pourtant clairs: « Cette association a pour objet de favoriser la démocratie, la communication, et le progrès social sur le Pays de Fayence, notamment par la parution et la mise en ligne d’un journal nommé « Le Nouveau Journal Pays de Fayence » ».

Bien entendu, nous avons pu constater que le motif « sportif et intercommunal » n’avait pas de réalité. Les habitants du canton de Fayence peuvent donc s’interroger légitimement sur les critères de sélection des associations présentes au forum. Ils devraient avoir l’assurance que la Communauté de Commune est impartiale. Pour tous les habitants du canton de Fayence, membre d’une association, l’utilisation des salles de réunions, des moyens techniques, des support de communication, le forum des associations, doivent faire l’objet d’un traitement équitable et transparent.

N’hésitez pas à vous exprimer sur ce sujet, votre Nouveau Journal Pays de Fayence est libre et ouvert -régi par une charte-, écrit par ses lecteurs, ni subventionné, ni rémunéré par la publicité, 100% associatif.

Document joint: lettre de refus (Pdf 56 ko)

Forum des associations : dimanche 13 septembre à Fayence

forum-associations-fayenceLe Nouveau Journal Pays de Fayence, vous donne rendez-vous au forum des Associations du Pays de Fayence: dimanche 13 septembre 2009 de 10h à 18h dans le Jardin de la Maison de Pays (SIVOM) à Fayence.

le Nouveau Journal vous pris de l’excuser pour l’erreur qui s’est glissée dans son édition imprimée.

Nouveau Journal Pays de Fayence n°4 automne 2009

nj4-la-une

Edito

Annie Bruel à Tourrettes, membre du Conseil d’Administration
Aimez-vous le « Nouveau Journal du pays de Fayence » ? Vos nombreux témoignages nous le confirment et nous encouragent à continuer notre effort. Car, en effet, effort il y a. Pas de subvention, une fabrication à 12 000 exemplaires, une distribution gratuite pour vous, donc coûteuse pour nous…. Et pas de publicité par souci d’indépendance…
Alors donc, dans le but de faire durer le plaisir de partager l’information, les remarques, la satisfaction, les fiertés et les humeurs de chacun… l’équipe de bénévoles qui a la charge de la mise en page de ce journal souhaite très ardemment que vous y adhériez, vous et tous vos amis, ce qui mettrait du beurre dans les épinards.
Sachez le, ce journal est le vôtre. Vous êtes les auteurs des articles qui le composent et vous en êtes les destinataires également. Nous comptons sur vous.
Sans vous chers lecteurs, le Nouveau Journal n’existerait pas.
Sachez aussi que notre équipe – tant elle est gourmande de vos idées, de vos sentiments – est prête à vous aider à la rédaction ou à la mise en forme d’un article, si cela était un frein à votre active participation.

Téléchargement gratuit: le Nouveau Journal Pays de fayence n°4 (Pdf 925 Ko)

Ciné culture mardi 8 septembre à 20h30: Le temps qu’il reste – The Time That Remains

The-Time-That-RemainsLe Temps qu’il reste – The Time That Remains est un film en partie autobiographique, construit en quatre épisodes marquants de la vie d’une famille, ma famille, de 1948 au temps récent.

Ce film est inspiré des carnets personnels de mon père, et commence lorsque celui-ci était un combattant résistant en 1948, et aussi des lettres de ma mère aux membres de sa famille qui furent forcés de quitter le pays.

Mêlant mes souvenirs intimes d’eux et avec eux, le film dresse le portrait de la vie quotidienne de ces palestiniens qui sont restés sur leurs terres natales et ont été étiquetés « Arabes-Israéliens », vivant comme une minorité dans leur propre pays.

Le Nouveau Journal vous présente toutes ses excuses pour l’erreur qui s’est glissée dans son édition imprimée.

Lettre ouverte à la Communauté de Commune: des solutions pour les ordures ménagères

moins-ordures-menageresPas facile à mettre en place car, qu’on le veuille ou non, il est prévu de rassembler différentes communautés dont les intérêts, les charges et les revenus divergent, jusqu’à la gestion antérieure de chacune d’elles qui est discordante. A peine mise en place, l’assemblée constituée de représentants de chaque commune dont le nombre est fonction du nombre d’électeurs de celle-ci, a, chez nous, pris une décision relative à la Taxe d’enlèvement et de destruction des OM qui ne satisfait personne, n’arrange rien et pénalise les petites communes (+ 84% de cette taxe pour Mons, sans raison ni services supplémentaires apparents). En fait, deux problèmes étaient à revoir :

  • La destruction par enfouissement illégal ne peut se poursuivre indéfiniment
  • Le ramassage aux collectes (municipale ou par marché privé) doit désormais se faire aux portes à portes
  • Le volume à détruire, dont on sait que les Français détiennent le record mondial par habitant, doit impérativement diminué

A tout cela réponse technique et esprit de gestion dans l’intérêt du citoyen contribuable existent et ont fait leur preuve depuis longtemps. On sait que le ramassage au x porte à porte, contrôlé, associé à l’obligation de respecter le tri sélectif permet de réduite le volume et le poids des OM de moitié. Equiper les bennes de ramassage et les containers individuels de chaque foyer d’ordinateur et de « puce » de comptabilisation avec pesée n’est pas très onéreux. Le nombre de passage est fonction des besoins. Il diminue très rapidement (références et expériences vécues sont concluantes). Pour la destruction, il est évident que le système le moins mauvais est l’incinération. Des spécialistes de la santé vous diraient qu’il n’est pas possible de dire, ni de prouver que désormais les résidents à proximité d’une usine d’incinération comptent plus de cancéreux que dans les reste de la population. Ces stations pouvant être conçues pour des dimensions restreintes évitant les grandes unités qui, en raison de l’investissement sous-entendent de gros volumes et des « flottes » de camions qui sillonnent les routes) ne sont donc plus en danger sanitaire. D’ailleurs, il en existe depuis longtemps en centre ville (Genève) sans cela n’aie provoqué de catastrophe.

Vu ainsi, nos déchets ménagers cessent d’être une problème récurrent, jamais résolu, injustes car les pollueurs ne sont pas les payeurs ; et générateurs de risques à retardement pout nos descendants. Et il faut que nos élus s’imprègnent de l’idée que désormais le citoyen payeur refuse les solutions onéreuses, non justifiés et pénalisantes. Que ferons-nous, si demain, le pouvoir d’achat des contribuables, sans cesse amputés, ne permet plus de répondre aux impositions exagérées ?

Un petit article r.2224.23 – décret 2000-04-07 1orf.9 applicable depuis le 9 avril 2000
Dans les zones agglomérées groupant plus de cinq cents habitants permanents, qu’elles soient comprises dans une ou plusieurs communes, les ordures ménagères sont collectées porte à porte au moins une fois par semaine. Dans les autres zones, le maire peut prévoir par arrêté soit la collecte porte à porte, soit le dépôt à un ou plusieurs centres de réception mis à la disposition du public.

Et entendu à la radio : Un invité du matin, sans doute fort honorable, a déclaré sans la moindre hésitation : « Pour résorber l’excès de CO² dans l’air, il n’y a pas que la réduction de sa production personnelle, mais il faut se souvenir que les plantes et notamment les arbres sont des consommateurs de CO². » Et d’ajouter d’ailleurs: « il faut couper les arbres âgés car un arbre jeune doit faire plus de bois qu’un arbre vieux et il consommera plus de CO² ». Oui, bien sûr, mais la consommation de CO² est aussi fonction de la surface totale de ses feuilles et là, la comparaison ne demande pas photo. Ne supprimez pas les arbres âgés, ils assurent la survie de l’homme. Mais peut être que « Monsieur le Savant vert » est plus familier avec le langage politique qui marque les esprits que du bon sens pratique sur le terrain.

Jacques Langlais Mons

Ne laissons pas disparaître les terres agricoles: enquête publique jusqu’au 21 septembre

super-U-fayencePar arrêté municipal en date du 29 juillet, la Municipalité de Fayence soumet à enquête publique*, une révision simplifiée du P.O.S en vue de l’implantation d’un centre commerciale au quartier « Malvoisin » en entrée de ville. L’ACPE* s’oppose résolument à ce projet dont l’intérêt général est loin d’être établi. Nous souhaitons être suffisamment nombreux pour faire échec à un tel projet destructeur du paysage, consommateur d’espaces classés agricoles. Si un tel projet était accepté, c’est l’ouverture à l’urbanisation de toute cette zone.

Voir le tract de l’ACPE: « Un projet d’intérêt général très particulier ».

L’enquête publique est le moment d’expression de l’opposition à ce projet. Rejoignez nous, faites part de vos observations et de votre opposition au commissaire enquêteur en Mairie de Fayence du jeudi 20 août 2009 au lundi 21 septembre 2009 inclus.
Le Président de l’ACPE, Marc Brulé

* Tract de l’ACPE Révision du POS Super U (Pdf 200 ko)

* La pétition de l’ACPE à imprimer et à faire signer (Pdf 124 ko)

* Le site de ‘ACPE (Association Cantonale pour la Protection de l’Environnement)

* L’avis d’enquête publique de la mairie de Fayence (Pdf 70 ko)

Grande soirée africaine: musique et repas de production locale

Soirée musicale à TourrettesGrande soirée musicale africaine samedi 25 juillet de 19h à 23h, place de la Mairie à Tourrettes.
Soirée musicale: avec 3 groupes:
KAKITIKA
ANIWA
et KAMISHIBAI

Repas de production locale: 10 euros par personnes, 1 verre offert. Réservation: 06.87.08.47.47
Apportez vos couverts.

Venez nombreux !

Visu le 12 juillet

Vous êtes les bienvenu pour une rencontre amicale, dimanche 12 juillet à 11h30 sur le parking de le réserve de Fondurane.

Télégramme

Les associations adhérentes sont invitées à se réunir dimanche 31 mai à Tassy, à 10h. * Le prochain visu aura lieu dimanche 31 mai à Tassy à 11h30. * Réunion du Conseil d’Administration lundi 1 er juin.