Paroles d’éboueurs par Patrick Padilla à Montauroux

Le respect que nous devons à nos ripeurs (Ripeur:agent de propreté, éboueur, employé qui enlève les ordures ménagères, vidangeur au Québec…
riper: déraper, glisser).

eboueurJ’ai rencontré les ripeurs de notre canton et ils m’ont raconté leur quotidien :

Le mythe de Sisyphe.
 » Il y a deux ans quand on arrivait sur les bacs en vrac,des poubelles toutes mélangées, on triait sur place et donc on laissait certaines choses inappropriées à côté. En faisant cela, en fait , on incitait les gens à déposer, eux aussi, encore plus de déchets à côté…et là…tout le monde râlait…aussi bien la hiérarchie que les citoyens. La solution, et bien, c ‘était de « tenir propre » : on ramasse tout et n’importe quoi parce que le citoyen lambda ne trie pas! et chaque jour on recommence… »
« Et on recommence chaque jour »… comme Sisyphe condamné par les dieux de l’Olympe à remonter son rocher éternellement au sommet d’une colline…

Exemple typique : un refus de collecte… c’est à dire qu’ils ne ramassent pas car les ordures sont trop mélangées… et 15 jours plus tard ils ont du ramasser quand même : pas le choix !
Alors, s’il y a une « amélioration visuelle » pour les citoyens c’est parce qu’avec leurs camions les ripeurs tournent un peu plus sur les dépôts sauvages grâce à la géolocalisation.

Il y a des « points noirs »! Les mauvais élèves: « les crados ».
La ZA de l’Apier ,celle de la Lombarde, un domaine à Fayence, la zone des Mercuriales est globalement très sale « avec des asticots parfois… » , le supermarché est aussi un mauvais élève.
Il y a « les bons citoyens » aussi : le fast food de Callian et la zone autour avec la salle de sport…les bacs sont même lavés! Le restaurant sur la place à Callian qui tient ses bacs propres !

« Les encombrants… »
Seillans avec « ses vieilles habitudes » de dépôts sauvages et d’encombrants « de longue ».
Pour rappel , un encombrant est ce qui est volumineux et qui ne rentre pas dans une voiture,mais pour le reste il y a une déchetterie !
Il faudrait optimiser le passage des encombrants, c’est à dire , peut être, faire un rappel aux citoyens avec le numéro de téléphone et la procédure : les ripeurs ont des idées là dessus aussi !

« Le golf ne trie pas ! »
Ils apportent un soin très méticuleux à la taille millimétrée des greens , mais ne trient rien, ils mettent tout en vrac , une vraie gabegie au XXIème siècle !

« Les boues des stations d’épuration… »
Il y a des stations d’épuration dans chaque communes… Est-il normal que des boues de ces stations soient mises en bac comme de simples déchets ménagers ? Ne pourrait-on prévoir une collecte par un service dédié ou une filière professionnelle ? Ou bien envisager de mélanger ces boues avec des sciures de bois ?
Mons a sa solution : c’est un trou avec de la chaux…

« Les merdes de chiens : une infection… »
Des éleveurs ou assimilés qui possèdent de nombreux chiens mettent de grandes quantités de déjections canines dans les O.M . ,c’est une infection pour les ripeurs , quelle serait, là encore, la solution ?

« L’équarrissage est un réel problème »
Quelques chasseurs et des braconniers jettent encore les dépouilles et les viscères des sangliers dans les O.M., certaines boucheries, des fermes spécialisées et le supermarché de Fayence font de même. Il est peut être temps d’imposer le passage de l’équarrisseur.
Les chasseurs de Seillans et la municipalité ont trouvé la solution en proposant un local réfrigéré collectif en attendant le passage de l’équarrisseur.

« La moitié du verre du pays de Fayence n’est pas trié »
On paie les O.M. à la tonne et le verre pèse très lourd , il pourrait y avoir de grosses économie si cette collecte était optimisée !
Autour du lac, certains commerçants font des efforts pour trier le verre et les emballages , mais ils sont peu nombreux, beaucoup ne font aucun tri!
Le surcoût du tonnage est important mais il faut y ajouter les frais de réparations des bagues en téflon abîmées (4000 euros par camion)

« Les couches culottes des maisons de retraite : les odeurs… »
Par respect pour ceux qui ramassent, un ramassage spécialisé devrait être prévu sur le modèle des filières hospitalières ou médicales.

Nous avons ripé…En résumé , on remarque que nous avons glissé à cause du manque de respect des citoyens pour leur planète et pour leurs concitoyens. Les mauvaises habitudes prises par les habitants et le retard du tri de proximité sont responsables de cette situation. On peut penser qu’une police de l’environnement serait bien utile, plus de formation aussi pour lutter contre les incivilités absurdes, irrespectueuses et finalement onéreuses pour la collectivité, c’est à dire NOUS !

Une bonne nouvelle pour finir, après des années d’attente, le tri de proximité devrait être finalisé fin juin dans le pays de Fayence. D’après les expériences des communes où le tri se fait comme à San Francisco, on s’aperçoit qu’un tri bien fait avec une bonne politique des déchets multiplie par 10 le nombre d’emplois créés dans la filière des déchets, du recyclage et du compostage. Nous avons tout à gagner collectivement à bien gérer cette situation, nous le devons à nos enfants et à nos ripeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *