Un peu d’histoire, Tourrettes au Moyen-Age

Pour commenter, CLIQUEZ ICI et hop hop filez vers le bas de page !

par Henri Bresc de Tourrettes

chateau-du-puy-83_a

Village aux dimensions modestes (17 feux fiscaux en 1315-1316 ; 48 foyers en 1471) et seigneurie d’un rameau de la maison de Villeneuve, la Tourrettes médiévale a laissé une documentation éparse qui permet de retracer quelques moments de son développement. Le 17 février 1253 (Archives départementales du Var, notaire Jacques Honorat E850, fol124-126, copie du 21 août1473), c’est la délimitation passée entre les coseigneurs des deux villages, c’est à dire entre les terroirs de Tourrettes et de Puybresson, qui donne une belle série de noms de lieux, sources, « lacs », combes, vallons et possesseurs de terres. En 1326, lors des assises du tribunal de Fayence tenues le 6 mars (Archives du Vatican, Introitus et Exitus,163,fol160), la juive Bella de Tourrettes condamnée à 50 sous d’amende «pour usures », c’est à dire pour avoir dépassé le taux légal d’intérêt, verse les 15 sous qui restaient à régler. Cette notice confirme que Tourrettes hébergeait, rue Juterie, sous les murs du château, une communauté assez nombreuse pour célébrer le culte (il faut dix hommes adultes pour le Minyan, l’assemblée de prière), qu’elle comprenait au moins une officine de prêt que Bella gérait nécessairement au nom de ses enfants. C’était pour le seigneur un choix judicieux dans un XIVe siècle marqué par une vive expansion économique et une puissante croissance démographique vite tronquée par la peste de 1348.

De 1440 à 1467,le registre du notaire Honorat E850 contient 180 actes de reconnaissance de propriétaires de maisons et de terres qui énumèrent leurs possessions et déclarent les cens qu’ils doivent au seigneur de Tourrettes, Bertrand puis en 1450 Antoine de Villeneuve. De 1440 à 1447, il enregistre 53 déclarations et une vente: 29 des propriétaires sont des Fayençois et sur les 24 reconnaissances des Tourrettans on compte 11 chasements, ensembles composés d’une maison de village, d’une étable, quelque-fois d’une grange dans le terroir, d’une ou plusieurs vignes, de jardins, de vergers de prés et de terres. Ces dernières doivent la tasque, le quatorzième ou le quinzième de la récolte. De 1450 à 1459, une seconde vague compte 39 déclarations dont un seul étranger (un habitant de St-Paul).

En 1455-1466, enfin, sur 87 reconnaissances, 18 sont encore des Fayençois. Les déclarations renouvelées à la mort des propriétaires permettent de reconstruire et de suivre les familles. Chaque maison et chaque vigne, pré ou terre est soigneusement localisé, quartier, confins, chemins, propriétaires voisins et l’ensemble permettra une reconstitution du paysage rural et donnera quelques lumières sur le village et ses abords, église St-André et sa place, maison du seigneur, chapelle Notre-Dame.

La confrérie du St-Esprit confirme la force de l’esprit communal dont elle est partout en Provence l’expression. La présence de plusieurs artisans : savetier, forgeron, tuilier, barbier, fustiers, meuniers rappelle la diversification des activités: les chenevières où on cultive le chanvre, les fosses pour rouir les fibres textiles rappellent que les seigneurs y ont attiré l’artisanat du tissage. Dès 1440 et puis lors des autres reconnaissances, l’immigration ligure renforce un repeuplement signalé par les origines : Caille, St-Cézaire et par les noms des déclarants: Amirat, Catalan, Poitevin. Les Ligures qu’on dit Lombards, Abbe, Bota, Del Carret, Geoges, Lavagne, Rebot, Semeria, Simo, Villa viennent du diocèse d’Albenga, ce sont des artisans et leur installation est favorisée par
les de Villeneuve.

L’étroitesse du terroir plus petit que celui de Puybresson, la faiblesse des cens versés par les propriétaires et la modestie des revenus seigneuriaux les incite en effet à faire défricher la «terre gaste» et à diversifier l’économie, avec la même impulsion, sans doute, qui les a conduits à installer une communauté
juive au XIVème siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *